Partager Tweet Partager Epingler

De jadis à nos jours, la culture japonaise a toujours bien attiré les convoitises. Ceci à cause de son originalité et particulier. C’est le cas, pour son whisky. Ce dernier est un bien de valeur, de collection et même le patrimoine de toutes les personnes qui s’y connaissent dans le domaine viticole.

Par contre, les profanes adhèrent juste par simple curiosité. Dès lors, on s’interroge réellement sur les particularités de cette grande merveille de la culture japonaise, qu’est le whisky du Japon.

Le whisky japonais : principale vedette

Le whisky écossais, irlandais et le bourdon américain est connu de tous. Par contre, le whisky japonais est surtout inconnu du commun des mortels. Cependant, les experts ne se méprennent pas. Ces derniers ont jugé, depuis de nombreuses années, les multiples qualités de ces whiskys arrivés du Japon. En effet, parmi les 4 vainqueurs de la cérémonie des 6ème World Whiskies Awards of London (qui primait les meilleurs whiskys du monde), le Japon disposait de deux whiskys.

Il existe sept usines en service au Japon. Celles-ci produisent toutes des whiskys de renom et de qualité. En 2010, le whisky du Japon représentait 5% des whiskys consommés à travers le monde.

Les sources du whisky japonais

Sachant que la fabrication des premiers whiskys du Japon remonte à la fin du 19ème siècle, l’on peut affirmer que l’exploitation commerciale a vraiment commencé au début du 20ème siècle. Cette production a été réalisée grâce à Masataka Taketsuru. Pendant les années 20, ce dernier a voyagé pour faire ses études en Ecosse. Il étudiait spécialement les secrets du traitement par la chaleur de certains produits agricoles.

Dès son retour, celui-ci met au profit des autres, son savoir-faire et participe à la mise en place de l’usine de Yamazaki pour Kotobukiya. Plus tard, cette société portera le nom de Suntori. Après plusieurs années, plus précisément en 1934, il mit sur pied son entreprise, Dainipponkain, ancêtre de Nikka. L’histoire commença… De nos jours, les whiskies japonais sont les plus consommés du marché. Ils ont du succès à travers le monde, peu importe que ce soit du blend ou du single malt.

Suntory et Nikka : des boissons de marque

Les whiskys Suntory sont caractérisés par la puissante présence de goûts faits à base du jus ou de purée de fruits, tant au nez qu’à la bouche. Il est de couleur Or. Les flacons les plus connus de l’usine sont le Suntory 17 ans Hibiki 43%, éternisé par le cinéma de Sofia Coppola Los in Translation ; le Suntory 30 ans Hibiki 43%, seulement observé comme le meilleur blend de l’univers et l’un des best of whiskys, toutes qualités associées. Autrement dit, le groupe Suntory, outre ses 2 usines au Japon, est propriétaire de 3 distilleries en Ecosse. Plus précisément dans la ville de Bowmore, Auchentoshan et Glen Garioch.

Suntory étant le whisky japonais le plus consommé et le N°1 au Japon comme aux États-Unis, le whisky de marque Nikka s’est donc fait une place en France et en Europe. Aussi de couleur or, il est bien un peu plus orangé. Les whiskys Nikka indiquent des informations substantives, et, d’après les flacons des goûts assez boucanés et tourbés.

Les adeptes de whisky au Japon peuvent explorer certaines usines. Le Groupe Nikka donne l’occasion d’explorer les distilleries Miyagikyo à Sendi et Yoichi dans la métropole de nom similaire. Cependant, tous ceux qui ont un penchant pour les whiskys de Suntory ont la possibilité de voir les usines Hakushu et particulièrement Yamazaki, le majeur de la région.


Gardons de contact

Partager Tweet Partager Epingler

Recevez 2 conseils gratuits par semaine

Rejoignez mon club privé des fans du Japon, vous allez recevoir 2 articles ou vidéos :
Des endroits fabuleux à visiter, des astuces pratiques sur votre voyage et des infos étonnantes sur la culture japonaise.

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Laissez un commentaire !