Partager Tweet Partager Epingler

Pour beaucoup de voyageurs au Japon, la visite de temples ou sanctuaires continue une des principales activité. Et il vous sera souvent demandé de mettre la main au porte-feuilles pour vous acquitter du droit d'entrée. Alors pourquoi faut-il payer et combien cela coûte-il ?

Les deux religions principales du Japon sont le bouddhisme et le shintoïsme, elles cohabitent en harmonie,voir même en fusion. En effet il n'est pas rare de voire un sanctuaire shinto à l'intérieur d'un temple bouddhiste. Ce n'est donc pas toujours facile pour les béotiens de faire la différence entre un temple et un sanctuaire.

A travers le Japon il existerai plus de 100,000 sanctuaires, disséminés à travers le pays. Du plus petit caché au fond d'une ruelle, jusqu'au plus grand qui s'étend sur plusieurs hectares. Chacun d'entre eux est généralement dédié à une divinité (que l'on appelle le Kami). Beaucoup de bâtiments ne sont plus d'origine. Construits en bois, ils n'ont pas souvent résisté aux guerres, aux incendies ou tout simplement aux épreuves du temps. Et même après leur reconstruction, ils doivent être entretenus, réparés.

Les jardins des temples japonais sont sans doute ce qui impressionne le plus. Leur beauté n'a d'égale que la minutie de leur entretien. Arbres toujours taillés au cordeau, pas une feuille morte au sol, le sable des jardins zen parfaitement ratissé. En coulisse ce sont souvent des dizaines de personnes qui s'affairent.

Petit sanctuaire de quartier
Petit sanctuaire de quartier
Des japonaises ramassent toutes les feuilles mortes dans ce jardin
Des japonaises ramassent toutes les feuilles mortes dans ce jardin
Les magnifiques jardins japonais ne peuvent exister que si chacun participe à son financement
Les magnifiques jardins japonais ne peuvent exister que si chacun participe à son financement

Pourtant au Japon, les temples ou sanctuaires sont des organismes privés, qui ne reçoivent pas ou peu d'argent public pour leur fonctionnement. C'est pour cela qu'ils font appel à la générosité des visiteurs et des fidèles.

L'entrée des sanctuaires est généralement gratuite, vous pouvez ainsi venir prier sans avoir à verser votre obole. Certains jardins annexes peuvent cependant être payants (par exemple au Heian Jingu à Kyoto). Dans les temples, les bâtiments sont généralement entourés de jardins ; l'entrée est alors toujours payante. Mais le prix reste raisonnable ; généralement en 400¥ et 600¥ (entre 3,5€ et 5€) l'entrée.

Les japonais nous apparaissent comme un peuple très superstitieux. Les ventes d'amulettes sont toujours aussi populaires, surtout en fin d'année. Les omikuji, ou bien les plaquettes de bois ema ont certainement un aspect commercial (en plus de leur pouvoir potentiel de protection), mais leur vente participe également au financement des sites religieux.

En dépensant quelques centaines ou milliers de yens dans un temple ou dans un sanctuaire, vous participer à sa conservation et donnez une chance aux générations futures de pouvoir admirer ces magnifiques jardins. Car nombre d'entre eux sont en danger. Face au vieillissement de la population et à une jeunesse qui se détourne de la religion, les responsables religieux s’inquiètent de leur avenir.


Gardons de contact

Partager Tweet Partager Epingler

Recevez 2 conseils gratuits par semaine

Rejoignez mon club privé des fans du Japon, vous allez recevoir 2 articles ou vidéos :
Des endroits fabuleux à visiter, des astuces pratiques sur votre voyage et des infos étonnantes sur la culture japonaise.

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Laissez un commentaire !