Partager Tweet Partager Epingler

De plus en plus de touristes en voyage au Japon visitent temples et sanctuaires. Au delà de leur intérêt architectural et historique, ce sont surtout des lieux de pratique des religions. Mais, connaissez-vous la manière de prier dans un temple ou un sanctuaire ? Il y a en effet quelques différences subtiles entre les deux.

Avant la prière, la purification

A l’entrée d’un temple ou d’un sanctuaire, vous verrez toujours une fontaine ou un bassin de pierre, des petites louches, et un flux incessant de personnes qui viennent se verser de l’eau sur les mains. Ce rituel a pour but de se laver de tous ses péchés, afin de pouvoir entrer purifié sur le territoire sacré.

Temizu-ya, hishaku et rituel de purification par l’eau

Avant de prier, il est nécessaire de se purifier le corps et l’esprit. A l’origine ce rituel se faisait dans une rivière, ou source ou en bord de mer. De nos jours ce sont plutôt des bassins en pierre.

Comment prier comme un japonais ?

Dans un temple ou un sanctuaire, la prière suit une directive très précise qu'il convient de respecter et de comprendre les nuances.

Prier dans un sanctuaire shinto

Avant d’entrer dans l’enceinte, il faudra tout d’abord vous incliner légèrement devant le torii pour le saluer. Une fois l’étape de purification effectuée, dirigez vous vers le Honden et mettez une pièce (les billets sont aussi acceptés!) dans le tronc et sonnez la cloche (suzu 鈴) en tirant la corde vers soi. Le bruit sert à chasser les mauvais esprits et à purifier le lieu.

Dans un sanctuaire, il faut tirer sur la grosse corde et faire sonner la cloche
Dans un sanctuaire, il faut tirer sur la grosse corde et faire sonner la cloche

Inclinez-vous deux fois et frappez deux fois dans vos mains afin de signaler votre présence à la divinité locale. Une fois le moment de prière et de recueillement terminé, inclinez-vous légèrement une dernière fois.

Lorsque vous quittez le sanctuaire, inclinez vous à nouveau face au torii.

Prier dans un temple bouddhiste

Placez quelques pièces ou billets dans la boite à offrandes. A la différence du culte Shinto, on ne tape pas dans ses mains, et généralement il n’y a pas de cloche dans un temple (bien que parfois il y en ait une, vous pouvez alors la faire sonner). Priez calmement, les mains jointes, et inclinez-vous et reculez.

Vous pouvez également allumer une bougie ou des bâtonnets d’encens, ce sont des offrandes en respect pour les morts. Certains grands temples, tels que Senso-ji à Tokyo ou bien le Todai-ji à Nara, ont de grands encensoirs autour desquels s’amassent curieux et adeptes. La fumée qui s’en dégage aurait des vertus thérapeutiques et ceux qui souffrent de maux dirigent la fumée vers certaines zones de leur corps.

La fumée d'encens sert à purifier et à guérir
La fumée d'encens sert à purifier et à guérir

Quand vous sortez du temple, retournez-vous et inclinez vous une dernière fois face au bâtiment principal.

Que faire après la prière ?

Après la prière, vous pouvez éventuellement acheter un omikuji, une divination écrite sur une bande de papier que l’on tire au hasard. Si la prédiction est mauvaise, elle sera attachée sur un support dédié afin de conjurer le mauvais sort.

L’Omikuji ou le tirage de la bonne fortune

Les omikuji sont des petits papiers qui prédisent l’avenir. On en tire un sort pour déterminer va décider de la chance ou malchance de cette nouvelle année.

Vous pouvez également faire un vœux, pour vous ou une autre personne, en l’inscrivant sur une petite plaque votive en bois, un Ema, et en l’accrochant à l’endroit aménagé. On demande ainsi au Kami vénéré dans le lieu, de prendre un peu de temps pour lire son vœu. Progressivement, cette pratique s’est aussi étendue dans les temples.

Ema : les plaquettes de vœux japonaises

Les ema sont de petites plaques de bois que l’on achète pour écrire un vœux ou une prière. On l’accroche ensuite sur un présentoir dans l’enceinte du temple ou du sanctuaire.

Enfin, vous aurez certainement l'occasion de pouvoir acheter un Omamori, une petite amulette porte-bonheur très prisée au Japon. A chaque moment important de la vie correspond son porte-bonheur, alors trouvez le votre !

Omamori, le porte-bonheur japonais

Un Omamori est une petite amulette que l’on peut acheter après une prière dans un temple bouddhiste ou sanctuaire shinto. Il s’agit d’un petit sachet en tissus qui contient une prière ou une inscription sacrée.

Respecter les lieux et ceux qui viennent s'y recueillir

Enfin, même si les japonais font preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit à l'égard des étrangers, quand il s'agit de religion on touche à un point sensible. Le shintoïsme et le bouddhisme sont au coeur de leur culture et il convient de respecter à la fois leurs croyances et les lieux. Ce se sont donc pas des aires de jeu ni des endroits pour discuter. Le silence est de rigueur afin de permettre à ceux qui le souhaitent de se recueillir en paix et prier.

Comment bien se comporter dans un temple ou un sanctuaire

N’oubliez pas, lors de votre voyage, que les temples et sanctuaires sont des lieux de culte, et qu’il convient de respecter toute forme de religion.

Réservez votre voyage au Japon

Vérifiez la disponibilité d'un hébergement sur Booking.com ! Vous pouvez réserver une chambre sans paiement à l'avance, vous ne payez qu'au moment du départ. Les annulations sont également gratuites jusqu'à votre arrivée.

Check-list pour partir au Japon

Gardons le contact

Sur ce blog, j'écris des articles sur le Japon, mon plaisir d'y voyager, la culture ainsi que la société. Je partage aussi bons plans et bonnes adresses pour les voyageurs !

Recevez 2 conseils gratuits par semaine

Rejoignez mon club privé des fans du Japon, vous allez recevoir 2 articles ou vidéos :
Des endroits fabuleux à visiter, des astuces pratiques sur votre voyage et des infos étonnantes sur la culture japonaise.

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Sur le même thème