Sélectionner une page

Passionné de montagnes, la première fois que je suis allé au Japon (pour un stage d’école), ‘grimper le Mont Fuji’ était évidemment tout en haut de ma checklist.

A deux, nous avons réussi à le placer l’avant-veille de rentrer en France, et ce fut fait sans préparation. Une sacré expérience, mais comment dire, content de l’avoir fait, une expérience unique, de très beaux moments mais aussi quelques déceptions. Autant le dire, cette montagne est si belle, à la forme si pure et caractéristique, et pourtant, l’ascension n’est pas très intéressante, pas vraiment de beau point de vue ou de belles lignes de montagne, les chemins sont larges et bien tracés, le sommet est encombré de distributeurs automatiques, de magasins, de restaurants, d’une poste, … Je trouve qu’on n’a pas l’impression de grimper le Mont Fuji, le chemin commence à mi-altitude mais à aucun moment, on se dit ‘ça y est, on commence l’ascension’. Il est tellement isolé des autres montagnes, par la distance, par l’altitude.

Je le vois un peu comme un phare de la région. J’ai toujours plaisir à l’apercevoir depuis Tokyo, au petit-matin ou un coucher de soleil depuis un autre sommet, depuis le train, de voir un bout de sommet entre 2 nuages, depuis l’avions en arrivant ou en quittant le Japon, … C’est d’ailleurs une certaine frustration quand je me rends au Japon, et que je ne le verrai pas, (trop) souvent dissimulé derrière les nuages.